Crash du B-17 Fortress - type F-45-VE - s/n 42-6037 QE*P
Fiche France-Crashes 39-45 modifiée le 30-06-2024
Date Nation Département Unité Macr Mission
31-12-1943 Etats-Unis Charente Maritime 94thBG/331stBS/8thAF 1755 #171 (8th) - Bordeaux (33) et Cognac (16)
Localisation Le Maine Dorin - E de Corme-Royal
Circonstances Avion abattu par la chasse à 12h23 à 8000 pieds par Uffz Schiesseburg of JGr. Ost/2 - Evacuation partielle en parachute
Commentaires Décollage Station 468 Bury St Edmunds, Suffolk UK - Le MACR indique 42-26037 (ce sérial correspond à un P-47)
Sources ** b-17-flying-fortress / Footnote.com / ABMC / Joseph F. Baugher / Bernard Ballanger / FindAGrave / Archives Allemandes-Box114_6 / Nat Archives US (MACR 1755 / Rapport KU-597) / Michel Souris / Ancestry
Historique 10/05/2010=Création - 26/01/2016=Ajout insignes - 21/10/2018=Ajout 2 photos - 22/06/2023=Modif local/Ajout récit,infos équip,PDF - 11/02/2024=Ajout comm équip - 30/06/2024=Ajout photo
Grade Prenom Nom Poste Corps Etat Lieu d'Inhumation Commentaires
2Lt Stanley Dean Wainwright Pil USAAF Prisonnier O-422913 - Né le 11/09/1916 à St Lawrence, New York USA - Fils de Clark Anthony et Georgia E (Van Dresser) Wainwright - Epoux de Ruth B Wainwright, Lineville USA - Capturé à l'arrivée au sol - Stalag Luft I Barth-Vogelsang - Libéré 19/06/1945 - †2009
1Lt John J Bickley CoP USAAF Décédé Fort Bliss Nat Cem. B-O-336 - El Paso, Texas USA * O-732495 - 25 ans - Né le 13/06/1918 à Minneapolis, Minnesota USA - Fils d'Ernest Angelo et Anna (Blanch) Bickley - El Paso, Texas USA
2Lt Norbert Alphonse Jr Lorentz Nav USAAF Prisonnier O-676080 - Né le 26/03/1920 à Hasbrought Heights, New Jersey USA - Stalag Luft I Barth-Vogelsang
2Lt Edward W Allard Bomb USAAF Décédé Riverside Cem . Menominee, Michigan USA * O-732431 - 24 ans - Né le 21/01/1919 - Fils de Louis Peter et Gertrude Mary Allard - Menominee, Michigan USA
S/Sgt Paul Moody McGill Rad USAAF Décédé Elmwood Cem. Alabama USA ? 34339272 - Né le 19/07/1921 - Fils de Charles Calvin McGill - Birmingham, Alabama USA
Sgt John Silvia MitV USAAF Prisonnier 31023699 - Né le 18/08/1920 - Rhode Island USA - Stalag 17B Braunau Gneikendorf
S/Sgt Arthur C Jr Mahy MitT USAAF Décédé Cim Am Rhône Draguignan (83) - Plan - D.3.13 * 16023396 - PH - Wisconsin USA - Fils d'Arthur Henri et Olga H (Weinig) Mahy - Shawano, Wisconsin USA
Sgt Henry O Richard MitA USAAF Décédé Sunset Hill Cem. Lakewood, New York USA * 32554325 - 29 ans - Initialement inhumé au Cim de Royan (17) T.5
Sgt Paul Frederick Schatzau MitD USAAF Prisonnier 13077657 - PH - Né le 17/06/1921 - Pennsylvania USA - Stalag 17B Braunau Gneikendorf - †1992
Sgt Arthur M Dauenhauer MitG USAAF Décédé Cim Am Rhône Draguignan (83) - Plan - D.11.2 * 38197449 - PH - 27 ans - Né le 08/03/1916 à Gretna, Louisiana USA - Fils de Casemir et Alice Danenhauer, Jefferson, Louisiana USA
TEC4 Henry Joseph Patterson Radar USAAF Décédé MIA - Tablets Cim Am Rhône Draguignan (83) - Plan 10600523 - AM/PH - Né le 04/04/1917 - 410eBS - Fils d'Henry Joseph Patrick et Bertha Elizabeth (Thompson) Patterson, Philadelphia, Pennsylvania USA
* L'astérique placé à la fin d'un lieu d'inhumation indique qu'il est confirmé
** Les sources sont citées chronologiquement en fonction des nouvelles informations reçues ou trouvées
Fiche tech Correspondance grades Abréviations utilisées Filières d'évasion Camps de Pow Bases RAF/USAAF Utilitaires
Compléments (rapports - helpers - récits - liens - photos)
8th AF - Image du site www.littlefriends.co.uk/
8th Air Force
94th BG
94th Bomb Gr
331st BS
331st Bomb Sq
Tail Code 94thBG
Tail Code du 94th BG
(Images transmises par Michel Auburtin)

Moteurs R-1820 n°s 43-61003 43-61009 43-61022 43-61025 - Armement N°s 740242 739833 739981 739896 740010 740077 733963 740097 410974 775822 411153

Récit du 2Lt Wainwright - PARTIE I - (The last flight of B-17 42-6037 94th <It was my fourth mission. A picture of the crew and their names is attached. Only four of the eleven survived. On 31 December 1943 we were designated a standby crew in the event that one of the scheduled crews had to abort. Shortly after the last aircraft took off, we received instruction to take off, and if we caught up with the group before it left the south coast, we could continue on the mission. If not, our instructions were to retour to base. Right before take off Sgt Patterson came aboard as the 11th member of the crew. We caught the group just prior the leaving the coast. The mission was to bomb a German airfield at Cognac, France. We flew over open water and turned toward the target over the Bay of Biscay.
We were over the target at 1200 hours and flying at 18,000 feet with the ground speed of 90 MPH. Just a few seconds after the bombs were released, the plane was hit by flak. The controls were knocked out making it impossible to stay in formation. German fighters (ME 109's) attacked the plane and set it on fire.
When I started to bail out, the cockpit was a solid mass of flames. I could only feel where I was going. I started towards the bomb bay but my way was blocked by bodies under the top turret gun. I then felt my way to the exit hatch in the nose. I believe that I blacked out a second or two. My first reaction was to see if my chute had been burned. It had not. I think I was at 10,000 feet. I saw three other chutes. The plane was spiraling to the ground trailing smoke. I also saw B-17's in the distance that had made in returning to England. It was a lonesome feeling. Three German fighter planes circled me all the way to the ground. The Germans were right there to greet me.
The wole episode from being hit by flak and fighters and bailing out happened in a matter of a ew minutes. With the plane being riddled by gun fire, it is a wonder that anyone made it.
A German officer and enlisted man, on a motor cycle with a side car, were on the road 100 ft from where I landed. There was also a German soldier on a bicycle. They stopped a small French truck on the road and put me in the back of the truck along with the enlisted soldier. They drove to the little town of Pisoney. They took me into a French home where the navigator Lt Lorentz, was already there. They had him in bed in a back room. His face was badly burned. He also had broken ribs and a shrapnel wound. Sgt Silva was also in the room with a shrapnel wound. There were about six French people in the rrom. A young woman walked me outside the building when the Germans were not watching me. The German officer came outside and asked me if I wanted to get shot. The young woman said she was just taking me off to get a drink. She took off in a hurry.
Original
) - source : National Archives UK via Michel Souris - Traduction Google
Le dernier vol du B-17 42-6037 94th Bomb Group de Bury. St Edmond, Angleterre
C'était ma quatrième mission. Une photo de l'équipage et de leurs noms est jointe. Seuls quatre des onze ont survécu. Le 31 décembre 1943, nous avons été désignés comme équipage de réserve au cas où l'un des équipages prévus devait abandonner. Peu de temps après le décollage du dernier avion, nous avons reçu l'instruction de décoller, et si nous rattrapions le groupe avant qu'il ne quitte la côte sud, nous pourrions poursuivre la mission. Sinon, nos instructions étaient de retourner à la base. Juste avant le décollage, le Sgt Patterson est monté à bord en tant que 11e membre de l'équipage. Nous avons rattrapé le groupe juste avant de quitter la côte. La mission était de bombarder un aérodrome allemand à Cognac, en France. Nous avons survolé l'eau libre et tourné vers la cible au-dessus du golfe de Gascogne.
Nous étions au-dessus de la cible à 1200 heures et volions à 18 000 pieds avec une vitesse au sol de 90 MPH. Quelques secondes seulement après le largage des bombes, l'avion a été touché par la flak. Les commandes ont été touchées rendant impossible de rester en formation. Des chasseurs allemands (ME 109) ont attaqué l’avion et y ont mis le feu.
Quand j'ai commencé à évacuer, le cockpit était une masse solide de flammes. Je ne pouvais que sentir où j'allais. J'ai commencé vers la soute à bombes mais mon chemin a été bloqué par des corps sous le canon de la tourelle supérieure. J'ai ensuite senti mon chemin vers la trappe de sortie dans le nez. Je crois que j'ai perdu connaissance une seconde ou deux. Ma première réaction a été de voir si mon parachute avait été brûlé. Ce n'était pas le cas. Je pense que j'étais à 10 000 pieds. J'ai vu trois autres chutes. L'avion tournait en spirale vers le sol en traînant de la fumée. J'ai aussi vu au loin des B-17 qui rentraient en Angleterre. C'était un sentiment de solitude. Trois avions de chasse allemands m'ont tourné autour jusqu'au sol. Les Allemands étaient là pour me saluer.
Tout l'épisode après avoir été touché par la flak et les combattants et avoir renfloué s'est produit en quelques minutes. Avec l'avion criblé de coups de feu, il est étonnant que quelqu'un l'ait fait.
Un officier et un homme de troupe allemands, sur une motocyclette avec un side-car, étaient sur la route à 100 pieds de l'endroit où j'ai atterri. Il y avait aussi un soldat allemand à bicyclette. Ils ont arrêté un petit camion français sur la route et m'ont mis à l'arrière du camion avec le soldat enrôlé. Ils se sont rendus dans la petite ville de Pisany. Ils m'ont emmené dans une maison française où le navigateur Lt Lorentz était déjà là. Ils l'ont mis au lit dans une arrière-salle. Son visage a été gravement brûlé. Il avait également des côtes cassées et une blessure par des éclats d'obus. Le Sgt Silva était également dans la pièce avec une blessure par un éclat d'obus. Il y avait environ six Français dans la salle. Une jeune femme m'a accompagné à l'extérieur du bâtiment alors que les Allemands ne me surveillaient pas. L'officier allemand est sorti et m'a demandé si je voulais me faire tirer dessus. La jeune femme a dit qu'elle m'emmenait juste prendre un verre. Elle est partie en vitesse.
Récit du 2Lt Wainwright - PARTIE II - (Approximately 12 German soldiers arrived in a truck. The young officer in charge walked me to a brick wall in front of the building and had the soldiers line up as of they were going of shoot me. Just than Sgt Schatzau, a crew member, went by in the back of a truck. I found out latter at camp Lucky Strike in France on the way back to the States, he had helped load four bodies (unrecognizable) onto the truck. He also said he had informed some people that he saw me get shot and was surprised to see me.
The german officer evidently changed his mind and put me in the truck with the soldiers and wished me luck. They took me their barracks. I was kept in a a room with 30 other POW's. At midnight a German medic (12 hours after I was burned) put dressing on my facial burns.
The next morning I was given o loaf of bread and smocked sausage as my rations for the day. We were taken by bus to a train going to Paris. A German guard was assigned to each POW. They were going home on leave. From Paris we were taken by train to the interrogation place in Frankfurt.
I spent four days and nights in solitary confinement. After a few days I was interrogated. A day later, along with 40-50 other POW's we were marched thru Frankfurt at noon to the train station. German civilians tried to strike us as we had few guards to protect us. I never saw so many wounded POW's all marched to the center of a group to avoid being hit.
We were loaded in a box car. There was only space to squat as we were really packed in for 4 days and nights. Sometimes station managers would not even permit giving us water. We spent one night in the railroad marshaling yard in Berlin. The Raf bombed that night but missed us. On the 4th day, we arrived at Barth on the Baltic. We were greeted by a large number o German police dogs and foul weather. Stalag Luft #1 was some distance away. It was located on a peninsula surrounded by water. I spent the next 16 months as a POW. - Stanley Wainwright.
Original
) - source : National Archives UK via Michel Souris - Traduction Google
Environ 12 soldats allemands sont arrivés dans un camion. Le jeune officier responsable m'a accompagné jusqu'à un mur de briques devant le bâtiment et a fait aligner les soldats au moment où ils allaient me tirer dessus, juste au moment où le sergent Schatzau, un membre de l'équipage, est passé à l'arrière d'un camion. J'ai découvert plus tard au camp Lucky Strike en France sur le chemin du retour aux Etats-Unis, qu'il avait aidé à charger quatre corps (méconnaissables) sur le camion. Il a également dit qu'il avait informé certaines personnes qu'il m'avait vu me faire tirer dessus et qu'il avait été surpris de me voir.
L'officier allemand a évidemment changé d'avis et m'a mis dans le camion avec les soldats et m'a souhaité bonne chance. Ils m'ont emmené dans leur caserne. J'étais détenu dans une pièce avec 30 autres prisonniers de guerre. À minuit, un médecin allemand (12 heures après avoir été brûlé) a mis un pansement sur mes brûlures au visage.
Le lendemain matin, on m'a donné une miche de pain et des saucisses fumées comme rations pour la journée. Nous avons été emmenés en bus jusqu'à un train allant à Paris. Un garde allemand était affecté à chaque prisonnier de guerre. Ils rentraient chez eux en permission. De Paris, nous avons été emmenés en train jusqu'au lieu d'interrogatoire de Francfort.
J'ai passé quatre jours et quatre nuits en isolement. Après quelques jours, j'ai été interrogé. Un jour plus tard, avec 40 à 50 autres prisonniers de guerre, nous avons traversé Francfort à midi jusqu'à la gare. Des civils allemands ont essayé de nous frapper car nous avions peu de gardes pour nous protéger. Je n'ai jamais vu autant de prisonniers de guerre blessés marchant tous vers le centre d'un groupe pour éviter d'être touchés.
Nous avons été chargés dans un wagon couvert. Il n'y avait que de la place pour s'accroupir car nous étions vraiment emballés pendant 4 jours et nuits. Parfois, les responsables des stations ne permettaient même pas de nous donner de l'eau. Nous avons passé une nuit dans la gare de triage des chemins de fer à Berlin. La Raf a bombardé cette nuit-là mais nous a ratés. Le 4ème jour, nous arrivons à Barth sur la Baltique. Nous avons été accueillis par un grand nombre de chiens policiers allemands et par le mauvais temps. Le Stalag Luft #1 était à une certaine distance. Il était situé sur une péninsule entourée d'eau. J'ai passé les 16 mois suivants en tant que prisonnier de guerre. - Stanley Wainwright.

Plaquette de commémoration contenant photos et carte du lieu de crash ICI via Michel Souris

Tombe S/Sgt Mahy
S/Sgt Mahy (Photo C Dannau)
Tombe Sgt Dauenhauer
Sgt Dauenhauer (Photo C Dannau)
2Lt Edward W Allard
2Lt Edward W Allard (Origine)

B-17 42-6037
Epave B-17 42-6037 (Origine via D d'Agostino)


Droits d'auteur, pour le concept du programme, enregistrés, www.copyrightdepot.com sous le numéro 00051925 -
Explications des menus par passage du curseur sur les menus box114_6 (16) - init La clisse, changé en Maine-Dorin par M Souris -. English translation by passage of the cursor (toolstips) - Fonds d'écran : www.malysvet.net