Crash de l' Avro Lancaster - type B I - s/n LM178 BH°U "Luck of the Irish"
Fiche France-Crashes 39-45 modifiée le 16-08-2021
Date Nation Département Unité - Mission
25-07-1944 Angleterre/Common. Loir et Cher 300 Sq Land of Masovia PAF Stuttgart (All)
Localisation Juste au N St-Laurent-des-Bois - 5 km NE Marchenoir
Circonstances Abattu par un chasseur de nuit piloté par Major Paul Semerau du NJG2, basé à Châteaudun (28) - Evacuation partielle en parachute de l'avion en flammes depuis 7000 pieds avant l'explosion et le crash
Commentaires Décollage 21h30 le 24/7 Faldingworth, Lincolnshire UK
Sources ** Listes des bombardiers et équipages perdus:
Royal Air Force - Bomber Command Losses of the Second World War
par WR
Listes des bombardiers et équipages perdus:
Royal Air Force - Bomber Command Losses of the Second World War
par WR Chorley
WR Chorley
/ CWGC / BomberCommand / Aerosteles / Michel Bouzy (source: www.perche-gouet.net) / Nat Archives UK-AIR 14/1442 (K.283)
Historique 05/01/2013=Ajout page forum ww2f.com, lien vers fiche évasion Dunseith et Forman - 29/07/2014=Ajout lien - 26/12/2016=Ajout Fréteval - 17/09/2020=Ajout rapport - 28/09/2020=Ajout 3 photos - 16/08/2021=Ajout rapports
Grade Prenom Nom Poste Corps Etat Lieu d'Inhumation Commentaires
F/O Clement Murray "Joe" Forman Nav RCAF En fuite J/25870 - Né le 08/02/1915 - Windsor, Ontario, Canada - 18e Op - Se pose 2 miles N de St-Laurent-des-Bois - Rejoint le maquis de Fréteval (41) - Retour UK 18/08/1944 - Rapport WO 208/3348/201 - Décédé en 2006
P/O James Irving Duguid Bomb RCAF Décédé Cim principal d'Orléans (45) - Fiche - 1.A.5 * J/29676 - 22 ans - Fils de Joseph Irving Duguid et Olive Duguid, de Notre Dame de Grace, Montreal, Province de Quebec, Canada - 3e Op
Sgt Leslie Trevor John Page Rad RAF VR Décédé Cim principal d'Orléans (45) - Fiche - 1.A.8 * 1581304 - 28 ans - Fils de John et Elizabeth Page; époux de Cecilia Page, de Herne Hill, London UK - 18e Op
F/Sgt James Rheubottom MitS RCAF Décédé Cim principal d'Orléans (45) - Fiche - 1.A.7 * R/196199 - 19 ans - Fils de Alice Nixon, de Winnipeg, Manitoba, Canada - 18e Op
F/Sgt Samuel J I "Sam" Dunseith MitA RCAF En fuite R/191859 - Né le 17/02/1921 - Woodstock, Ontario, Canada - 18e Op - Brûlé au visage et blessé au dos, aveugle - Se pose 2 miles N de St-Laurent-des-Bois - Passe par le maquis de Fréteval (41) - Récupéré par les américains - Retour UK 18/08/08/1944 - Rapport WO 208/3324/2554
F/O William W Robinson Pil RCAF Prisonnier J/19883 - 18e Op - Blessé à la jambe - Transporté à Paris et hospitalisé à La Pitié-Salpétrière jusque vers le 27/08/1944 (libération de Paris) - Rapport 3345/805
Sgt Ernest Leonard Morter Mec RAF VR Décédé Cim principal d'Orléans (45) - Fiche - 1.A.6 * 1800371 - 18e Op
* L'astérique placé à la fin d'un lieu d'inhumation indique qu'il est confirmé
** Les sources sont citées chronologiquement en fonction des nouvelles informations reçues ou trouvées
Fiche tech Correspondance grades Abréviations utilisées Filières d'évasion Camps de Pow Bases RAF/USAAF Utilitaires
Compléments (rapports - helpers - récits - liens - photos)
Traduction du rapport de perte - (1. The Lancaster took off from Faldingworth about 2130 hours with a load consisting of a 2000 lb of bombs HE and incendiaries, to attack Stuttgart. The first part of the trip was normal and about midnight the aircraft had reached the Chateaudun district. The night was clear and hazy; it was very dark with no moon. Suddenly a fighter attacked without warning from the starboard quarter and slightly below. According to the Rear Gunner it was a twin-engines aircraft firing 20 mm cannon and machine guns.
2. The fuselage of the Lancaster was raked from tail to nose and there were also strikes on the starboard wing, which burst into flames. The rear gunner fired a long burst at the ennemy aircraft, but soon his upper turret became unserviceable. It is believed that there was return fire from the mid upper turrett too, but that turrett was hit and smashed almost immediately and the Gunner probably killed. The intercom to the rear turrett was damaged but the Pilot had by now an emergency signal to prepare to bale out.
3. The Pilot believes that all the starboard tanks were punctured and the fuel set alight immediately (the aircraft was not equipped with nitrogen tanks). He told the Flight Engineer to feather the starboard inner engine as the flames were rapidly approaching - but does not know if this was done. The Flight Engineer handed him his 'chute and put on his own. The Rear Gunner's turrett had jammed and would not even work manually, but ha managed to squeeze out into the rear escape of the fuselage; his mae-west inflated as he did so. As he made for the rear escape hatch, he saw that the interior of the fuselage was a mass of flames. The after part of the bomb-bay had burnt away, and seing no flare chute he conjectured that the photoflash had exploded. He had to kick the rear escape hatch open and as he went out the door shut on his foot. He hung there for a moment but was able to wriggle his foot out of the flying boot.
4. The aircraft began to vibrate as if it were going into a spin, when suddently there was an explosion which threw both the Pilot and Navigator, who was standing in the Engineer's position, clear of the aircraft. The Pilot's head had been grazed by a bullet and he also sustained a gash in his left groin. His parachute, through torn, worked normaly but he landed heavilyon his left leg, tearing the ligaments in his knee. The Navigator's parachute was slightly burnt and one thigh strap was broken, but he landed unhurt. The Rear Gunner was grazed by bulletts and also burnt about the face, but sustained no further injuries
5. The aircraft was seen by informants to crash, and the burning wreckage spread over several hundred yards. Fout unidentified bodies were found amongst the debris. The position was about 10 miles south west of Orleans.
Original
) - (source : National Archives de Kew – AIR 14-1442):
1. Le Lancaster a décollé de Faldingworth vers 21 h 30 avec un chargement composé de 2000 lb de bombes HE et d'engins incendiaires, pour attaquer Stuttgart. La première partie du voyage s'est déroulée normalement et vers minuit l'avion avait atteint le secteur de Chateaudun. La nuit était claire et brumeuse ; il faisait très noir sans lune. Soudain, un chasseur a attaqué sans sommation par tribord et légèrement en dessous. Selon le mitrailleur arrière, il s'agissait d'un avion bimoteur tirant des canons de 20 mm et des mitrailleuses.
2. Le fuselage du Lancaster a été ratissé de la queue au nez et il y a également eu des impacts sur l'aile tribord, qui a pris feu. Le mitrailleur arrière a tiré une longue rafale sur l'avion ennemi, mais bientôt sa tourelle supérieure est devenue inutilisable. On pense qu'il y a eu aussi des tirs de retour de la tourelle supérieure médiane, mais cette tourelle a été touchée et brisée presque immédiatement et le mitrailleur a probablement été tué. L'interphone de la tourelle arrière a été endommagé mais le pilote avait maintenant un signal d'urgence pour se préparer à sauter.
3. Le pilote croit que tous les réservoirs tribord ont été perforés et que le carburant s'est immédiatement enflammé (l'avion n'était pas équipé de réservoirs d'azote). Il a dit au mécanicien de bord de mettre en drapeau le moteur intérieur tribord alors que les flammes approchaient rapidement - mais ne sait pas si cela a été fait. Le mécanicien de bord lui a remis son parachute et l'a mis sur le sien. La tourelle du mitrailleur arrière s'était bloquée et ne fonctionnait même pas manuellement, mais il a réussi à se faufiler dans la sortie arrière du fuselage ; sa Gilet de sauvetage gonflable (du nom de Mary 'Mae' West au buste généreux) Mae West s’est gonflée comme il l'a fait. Alors qu'il se dirigeait vers la trappe de secours arrière, il a vu que l'intérieur du fuselage était une masse de flammes. La partie arrière de la soute à bombes avait brûlé, et ne voyant aucune goulotte de fusée éclairante, il conjectura que le flash avait explosé. Il a dû ouvrir la trappe de secours arrière d'un coup de pied et, en sortant, la porte s'est fermée sur son pied. Il s'est accroché là pendant un moment mais a réussi à sortir son pied de la botte de vol.
4. L'avion a commencé à vibrer comme s'il partait en vrille, quand soudain il y a eu une explosion qui a projeté à la fois le pilote et le navigateur, qui se tenait à la place du mécanicien, à l'écart de l'avion. La tête du pilote avait été écorchée par une balle et il avait également subi une entaille à l'aine gauche. Son parachute, déchiré, a fonctionné normalement mais il a atterri lourdement sur sa jambe gauche, déchirant les ligaments de son genou. Le parachute du Navigator a été légèrement brûlé et une sangle de cuisse a été brisée, mais il a atterri indemne. Le mitrailleur arrière a été écorché par des balles et a également été brûlé au visage, mais n'a subi aucune autre blessure
5. Les informateurs ont vu l'avion s'écraser et l'épave en feu s'est étendue sur plusieurs centaines de mètres. Quatre corps non identifiés ont été retrouvés parmi les débris. La position était à environ 10 miles au sud-ouest d'Orléans.

Traduction du rapport du F/Sgt Samuel Dunseith - (We took off from FALDINGWORTH in a Lancaster on 24 Jul 44, but where shot down by enemy aircraft before reaching our target. Our aircraft was set on fire, and I was badly burned about the head and face before baling out.
I landed in a field about 2 miles North of ST-LAURENT-DES-BOIS (Sheet 15, F31). My navigator (P/O FORMAN) landed in the same field. We hid our parachutes and mae-wests, and went to a forest where we hid all night.
The next morning I decided I had to get medical attention, so F/O FORMAN started out by himself. I contacted a farmer who hid me in a barn and brought food and a doctor. The doctor did not help much, as he only put dry bandages on my face. A member of the Maquis then took me to a camp in the Forest of MARCHENOIR (F 31). I stayed there for two weeks and was then taken to a tavern in MONDOUBLEAU (V 95). After I had been there for one week a Belgian W/Cdr took me to another camp in a forest close by, where I remained until the American troops arrived on 15 Aug.
I was then moved to 104 Evacuation Hospital, US Army, who arranged to have me flown to 101st American General Hospital, TAUNTON, Somerset, on 18 Aug. I was in hospital until 21 Sep.
Original
) - (source : National Archives de Kew – WO208/3324/2554):
Nous avons décollé de FALDINGWORTH dans un Lancaster le 24 juillet 44, mais nous avons été abattus par un avion ennemi avant d'atteindre notre cible. Notre avion a été incendié, et j'ai été grièvement brûlé à la tête et au visage avant de sauter en parachute.
J'ai atterri dans un champ à environ 2 miles au nord de ST-LAURENT-DES-BOIS (Fiche 15, F31). Mon navigateur (P/O FORMAN) a atterri dans le même champ. Nous avons caché nos parachutes et nos mae-wests et sommes allés dans une forêt où nous nous sommes cachés toute la nuit.
Le lendemain matin, j'ai décidé que je devais consulter un médecin, alors F/O FORMAN a continué seul. J'ai contacté un fermier qui m'a caché dans une grange et m'a apporté de la nourriture et un médecin. Le médecin n'a pas beaucoup aidé, car il n'a mis que des bandages secs sur mon visage. Un maquisard m'a ensuite emmené dans un camp dans la forêt de MARCHENOIR (F 31). J'y suis resté deux semaines puis j'ai été emmené dans une taverne à MONDOUBLEAU (V 95). Après avoir passé une semaine là-bas, un W/Cdr belge m'a emmené dans un autre camp dans une forêt à proximité, où je suis resté jusqu'à l'arrivée des troupes américaines le 15 août.
J'ai ensuite été transféré au 104 Evacuation Hospital, US Army , qui s'est arrangé pour me faire transporter par avion au 101e hôpital général américain, TAUNTON, Somerset, le 18 août. J'ai été hospitalisé jusqu'au 21 septembre.

Traduction du rapport du F/O Clement M Forman - (I was a member of a Lancaster aircraft which took off from FALDINGWORTH (Lincs) about 2130 hrs on 24 Jul 44. The aircraft was attacked by a night fighter and brought down about 2 miles North of ST LAURENT-DES-BOIS (sheet 15, F31.
I came down on the outskirts of the FORET DE MARCHENOIR (F 31) and at once buried my parachute and mae-west. I met F/Sgt DUNSEITH, my rear gunner, and we both hid in the forest until dawn. DUNSEITH then went off to find a doctor to treat his injuries. We agreed to meet again in the forest that evening. I hid in the forest all day (25 Jul) but DUNSEITH did not arrive as arranged, and I heard later that he had been taken to the hospital at LE MANS, where he was being treated by the Americans. After waiting some time I decided to make my way alone. I got some food at a farm at the North-East corner of the forest. The farm was inhabited by an old man and two old ladies.
I decided to make for MONTOIRE (K 80) and started to walk on the night of 25 Jul. I soon lost my bearings in crossing over the fields and I could find no signposts or recognisable features, I stopped at about 0300 hrs on 26 Jul to rest my injured leg. I then got on to a main road running due North ans South, but I nearly ran into three men on bicycles, with rifles slung and so I hid in cover. As there was an air raid in progress, and flares were being dropped, I decided it was too risky to attempt any further walking that night.
At dawn on 26 Jul I reached a farm which I believe was just South of ST LEONARD EN BEAUCE (F 21). Here I was given food and lent clothes for the duration of my stay. That night I walked due South across the fields.
I continued walking until early afternoon (27 Jul) when I approached another farm somewhere South of ST LEONARD EN BEAUCE. All this time I had made very slow progress owing to my damaged leg and the heavy going across country. The owner of the farm gave me food and hid me until evening when another younger man (aged about 18) arrived and took me to his own farm where I stayed for two nights. This young man was in touch with the resistance movement.
About 2200 hrs on 29 Jul my host took me to a house in OUCQUES (F 21). Here I was given food and civilians clothes and stayed for two nights.
As about 0600 hrs on 31 Jul my host took me by car North on the road to CHATEAUDUN. We passed through MOISY (W 24) and then turned east in the region of the AIGRE river. At a point which I cannot identify we went to a school-house, where there was a transmitter. We satyed here from 0800 hrs until 1630 hrs. From this point my journey was arranged for me.
Original
) - (source : National Archives de Kew – WO208/3348/201 ):
J'étais membre d'un avion Lancaster qui a décollé de FALDINGWORTH (Lincs) vers 21 h 30 le 24 juillet 44. L'avion a été attaqué par un chasseur de nuit et abattu à environ 2 miles au nord de ST LAURENT-DES-BOIS (fiche 15, F31.
Je suis descendu aux abords de la FORET DE MARCHENOIR (F 31) et j'ai aussitôt enterré mon parachute et mae-west. J'ai rencontré le F/Sgt DUNSEITH, mon mitrailleur arrière, et nous nous sommes tous les deux cachés dans la forêt jusqu'à L'aube. DUNSEITH est ensuite allé chercher un médecin pour soigner ses blessures. Nous avons convenu de nous revoir dans la forêt ce soir-là. Je me suis caché dans la forêt toute la journée (25 juillet) mais DUNSEITH n'est pas arrivé comme prévu, et j'ai appris plus tard que il avait été transporté à l'hôpital du MANS, où il était soigné par les Américains. Après avoir attendu un certain temps, j'ai décidé de faire mon chemin seul. Je me suis procuré de la nourriture dans une ferme à l'angle nord-est de la forêt. La ferme était habitée par un vieil homme et deux vieilles dames.
J'ai décidé de me rendre à MONTOIRE (K 80) et j'ai commencé à marcher dans la nuit du 25 Jul. J'ai rapidement perdu mes repères en traversant les champs et je n'ai pu trouver aucun panneau ou élément reconnaissable, je me suis arrêté vers 03h00 le 26 juillet pour reposer ma jambe blessée. J'ai ensuite pris une route principale allant du nord au sud, mais j'ai failli tomber sur trois hommes à vélo, avec des fusils en bandoulière et je me suis donc caché à couvert. Comme il y avait un raid aérien en cours et que des fusées éclairantes étaient en train d'être larguées, j'ai décidé qu'il était trop risqué de continuer à marcher cette nuit-là.
À l'aube du 26 juillet, j'ai atteint une ferme qui, je pense, était juste au sud de ST LÉONARD EN BEAUCE (F 21). Ici, on m'a donné à manger et prêté des vêtements pour la durée de mon séjour. Cette nuit-là, j'ai marché plein sud à travers les champs.
J'ai continué à marcher jusqu'en début d'après-midi (27 juillet) lorsque je me suis approché d'une autre ferme quelque part au sud de ST LÉONARD EN BEAUCE. Pendant tout ce temps, j'avais fait des progrès très lents à cause de ma jambe endommagée et de la lourde traversée du pays. Le propriétaire de la ferme m'a donné à manger et m'a caché jusqu'au soir où un autre homme plus jeune (âgé d'environ 18 ans) est arrivé et m'a emmené dans sa propre ferme où je suis resté deux nuits. Ce jeune homme était en contact avec le mouvement de résistance.
Vers 22h00 le 29 juillet mon hôte m'a emmené dans une maison à OUCQUES (F 21). Ici, on m'a donné de la nourriture et des vêtements civils et je suis resté deux nuits.
Vers 6h00 le 31 juillet, mon hôte m'a emmené en voiture vers le nord sur la route de CHATEAUDUN. Nous traversons MOISY (W 24) puis bifurquons vers l'est dans la région de la rivière AIGRE. A un point que je ne peux identifier, nous sommes allés dans une école où il y avait un émetteur. Nous sommes restés ici de 8h00 à 16h30. A partir de ce moment, mon voyage a été organisé pour moi.
Traduction du rapport du F/O Clement M Forman - (Having been taken by car from OUCQUES (F 21) to a school-house near the AIGRE rive, I was then taken on the evening of 31 Jul 44 to a camp in the FORET DE FRETEVAL (W 04). There were two camps in the forest, one in the North and one in the South, both run by LUCIEN, who stayed at the Northern camp most of the time. The Southern camp was under the charge of JEAN, and it was to this camp that I was taken, arriving about 1930 hrs on 31 Jul. I stayed here about two weeks. JEAN ran the campadmirably and was invaluable in restraining impetuous individual efforts which would obviosly have failed in nearly every case.
On 12 Aug an American Major arrived in a jeep just North of BUSLOUP (W 0745) and I was later taken with the occupants of both camps by U.S. transport to LE MANS. I went thence to I.S.9 at BAYEUX.
Original
) - (source : National Archives de Kew – WO208/3348/201 – ANNEXE C):
Après avoir été emmené en voiture d'OUCQUES (F 21) à une école près de la rive de l'AIGRE, j'ai ensuite été emmené dans la soirée du 31 juillet 44 dans un camp de la FORET DE FRETEVAL (W 04). Il y avait deux camps dans la forêt, un au Nord et un au Sud, tous deux tenus par LUCIEN, qui restait la plupart du temps au camp Nord. Le camp sud était sous la responsabilité de JEAN, et c'est dans ce camp que j'ai été emmené, arrivant vers 19 h 30 le 31 juillet. J'y suis resté environ deux semaines. JEAN a admirablement dirigé le camp et a été d'une valeur inestimable pour contenir les efforts individuels impétueux qui auraient manifestement échoué dans presque tous les cas.
Le 12 août, un major américain est arrivé dans une jeep juste au nord de BUSLOUP (W 0745) et j'ai ensuite été emmené avec les occupants des deux camps par les transports américains vers LE MANS. Je suis allé de là à I.S.9 à BAYEUX.

Photos de la stèle sur le site Aerosteles
Vue générale du cimetière d'Orléans sur www.inmemories.com
Page sur le crash sur www.perche-gouet.net (Lien transmis par Michel Bouzy)
Fiche d'évasion du Sgt Dunseith avec photos sur www.evasioncomete.be
Fiche d'évasion du F/O Forman avec photos sur www.evasioncomete.org
Photo Stuttgart après bombardement sur www.aircrewremembered.com (Lien transmis par Claude Dannau)

Tombe P/O Duguid
P/O Duguid (Photo J-L Maillet)
Tombe Sgt Page
Sgt Page (Photo J-L Maillet)
Tombe F/Sgt Rheubottom
F/Sgt Rheubottom (Photo J-L Maillet)

Tombe Sgt Morter
Sgt Morter (Photo J-L Maillet)


Droits d'auteur, pour le concept du programme, enregistrés, www.copyrightdepot.com sous le numéro 00051925 -
Explications des menus par passage du curseur sur les menus AIR 14-1442 011 - 3324_2554_DUNSEITH - 3321_2130_FORMAN -. English translation by passage of the cursor (toolstips) - Fonds d'écran : www.malysvet.net