Crash du Halifax - Mk.II - s/n W7885 TL°B
Fiche France-Crashes 39-45 modifiée le 27-05-2021
Date Nation Département Unité - Mission
13-02-1943 Angleterre/Common. Finistere 35 Sq RAF Madras Presidency Attaque Base sous-marine Lorient (56)
Localisation Lieu-dit Ty-ar-Nevez - Près de Leign-ar-Ménez - 4 km N Landeleau - 10 km O de Carhaix
Circonstances Endommagé par la flak sur la cible, avion abandonné en parachute vers 20h45 - L'appareil se casse en deux parties lors du crash
Commentaires Décollage 18h20 le 13 de Graveley , Cambridgeshire UK – 10 jours auparavant l’équipage avait connu un crash à l’atterrissage au retour de Hambourg (All)
Sources ** J-L Maillet (sources: Lost bombers / CWGC) / Livre RAF Evaders: The Complete Story of RAF Escapees and their Escape Lines
par Oliver Clutton Brocks
RAF Evaders
/ www.conscript-heroes / 35squadron.wordpress.com / Nat Archives UK
Historique 13/03/2011=Création - 26/07/2015=Ajout comm équip - 03/04/2016=Ajout préc local,lien,comm équip - 20/04/2021=Ajout 2 liens,infos équip,photo - 27/05/2021=Ajout rapport perte
Grade Prenom Nom Poste Corps Etat Lieu d'Inhumation Commentaires
F/O William Joseph "Bill" Freeman MitA RCAF Décédé Cim Com Carhaix (29) * J/10162 - 20 ans - Reste accroché à la queue de l'appareil et s'écrase avec l'avion - Décède 20 minutes plus tard
F/O James Copeland Thomas Pil RCAF En fuite J/8390 - Echappe de peu à l'arrestation par la Gestapo et rejoint la Suisse avec l'aide de cheminots - Il y reste jusqu'en Août 1944 et rejoint les lignes alliées en France (rapport non trouvé)
Sgt Richard Martin Bomb RAF En fuite 1076885 - Né le 06/08/1914 - St.Annes_on_Sea, Lancs UK - 14e mission - Fuite avec réseau Pat O’Leary par Pyrénées/Espagne/Gibraltar - Retour UK 24/07/1943 - Rapport WO 208/3314/1315 (voir résumé)
Sgt Edward Roland Turenne Rad/M RCAF En fuite R/86205 - Né le 01/03/1915 - St Boniface, Manitoba, Canada - 15e mission - Fuite avec réseau Pat O’Leary par Pyrénées/Espagne/Gibraltar - Retour UK 24/07/1943 - Rapport WO 218/3314/1314 (voir résumé)
Sgt John Napoleon Barry Mit RCAF En fuite R/135217 - Né le 20/07/1918 - Montreal, Quebec, Canada - Fuite avec réseau Pat O’Leary par Pyrénées/Espagne/Gibraltar - Retour UK 14/07/1943 - Rapport WO 208/3314/1299 (voir résumé)
F/O Gordon Henry François Carter Nav RCAF En fuite J/11213 - Né le 01/06/1923 - Bronxville, New York USA - Fuite avec réseau Pat O’Leary - Bateau français Dalc'h Mad en Avril 43 - Retour UK 09/04/1943 - Rapport WO 208/3312/1155 (voir résumé)
Sgt Daniel Christie Young Mec RAF Prisonnier 979344 - Inialement évadé – Capturé le 03/03/1943 - Pow 1166 Stalag Luft I/VII/IV/XI-B - Rapport WO 208/3339/1290
* L'astérique placé à la fin d'un lieu d'inhumation indique qu'il est confirmé
** Les sources sont citées chronologiquement en fonction des nouvelles informations reçues ou trouvées
Fiche tech Correspondance grades Abréviations utilisées Filières d'évasion Camps de Pow Bases RAF/USAAF Utilitaires
Compléments (rapports - helpers - récits - liens - photos)
Résumés des rapports d’évasion de l’équipage (source : National Archives Kew)
WO 208/3314/1314 & 1315 (Sgts Turenne et Martin): Le Sgt Turenne se pose dans un champ près de Spezet (29). Il est aidé peu après par Jean Canevet, Spézet où il reçoit nourriture, vêtements civils et couchage. Le 14 il est emmené dans une maison de Châteauneuf-du-Faou où il retrouve le Sgt Martin qui s’est posé près de la berge d’un canal puis le Sgt Young qui a la cheville foulée et enfin le F/O Thomas.
Ils sont hébergés sur Carhaix par MM. Georges Jouanjean, Lebec et Melle Correc jusqu’au 17 où le groupe est emmené en train à Paris, chez la famille d’Armand Leveque. Thomas reste chez Mr Leveque, Martin va chez Mme Anne Lescure et Turenne chez Gaston Maillard.
Le 9 Mars la Gestapo se rend dans la maison de Mr Leveque, où seule son épouse est présente (elle sera arrêtée et déportée). Le Sgt Young n’a que le temps de sauter par une fenêtre et échappe à la capture. Le même jour, c’est au tour de la maison de Mr Maillard où le Sgt Turenne peut s’échapper. Martin et Turenne sont alors envoyés à Maule, chez Mr Jutteau.
Le 20 Mars Martin revient à Paris chez Emile Bollinger jusqu’au 31, puis jusqu’au 10 Avril chez Henri Auble puis chez la Comtesse Hélène de Suzannet pour une journée.
Le 23 Avril, avec de nouvelles identités , Martin et Turenne prennent le train pour St-Brieuc (22) puis Etables-sur-Mer où ils séjournent chez Jean Camard.
Le plan d’évacuation n’ayant pas fonctionné, Martin repart sur Paris le 12 Mai chez Mr Demongodin à Asnières jusqu’au 26 puis chez Mme Wiame avec le Sgt Bulman (fiche 3640). Le 28 il prend le train avec 13 autres évadés pour Pau afin de rallier Gibraltar.
Turenne ne repart pas sur Paris. Le 25 Avril il se rend à Brest avec Jean Tromelin puis à St-Nic sans résultat. Ils reviennent à Etables chez Mr Camard, puis à St-Quai, puis au Château Bourg-Blanc chez la Comtesse Roberte de Mauduit à Plourivo (22) où se trouve Barry. Enfin, Turenne et Barry reviennent à Paris pour partir vers Gibraltar.
--------------------------
WO 208/3314/1299 (Sgt Barry) :Il est hébergé avec le F/O Carter à St-Méen (29) chez Guy Dubreuil jusqu’au 21 Mars 1943 qui leur remet 3000 francs chacun.
Il est ensuite hébergé chez Melle Marchais à Carhaix-Plouguer (29) jusqu’au 6 Mai. Il rencontre un certain Val alias Guillaume qui lui propose de le faire passer en Espagne.
Le 6 Mai il prend le train avec Val pour St-Brieuc via Rostrenen puis le tram pour Etables-sur-Mer (22) où il réside avec l’opérateur radio de Val. Il reçoit une nouvelle carte d’identité. Le bateau qui devait les évacuer n’étant pas là, Barry décide, avec leur guide Georges Jouanjean alias Joe, de quitter Etables. Ils prennent le train pour Plouézec (22) et prennent contact avec le Dr Meynard qui les conduit chez la Comtesse de Mauduit. Lui et Gorges Jouanjean font quelques déplacements entre Etables, Plouézec et Plourivo afin de récupérer d’autres évadés pour les regrouper au château de Bourg-Blanc. Il y a entre autres Fitzgerald, Robertson, Marshall et Jack Luehrs pour les américains et James, Smith, Hall et Groves pour la RAF.
Le 27 Mai, Barry, Turenne et Joe partent à pied à Paimpol, prennent un train pour Guingamp puis pour Paris où ils arrivent le 28. Ils reprennent le train le jour même et arrivent à Dax à 22h00. A Orthez, des cartes d’identités sont faites. Barry voyage sous le nom de Dubarry, sculpteur sur bois. Ils séjournent dans un hotel à Pau jusqu’au 31.
Le 3 Juin, à Isaba, ils sont arrêtés par la Garde Civile Espagnole. Libéré après quelques heures, ils sont à nouveau arrêtés à Pamplona et emprisonnés jusqu’au 11 Juin et rejoignent Gibraltar le 26.
-------------------------
WO 208/3312/1155 (F/O Carter): Sitôt après s’être posé, il est emmené dans une maison à Kerlescoat, commune de Spezet, où il retrouve le Sgt Barry. Ils passent la nuit et se dirigent ensuite vers Pont-Rouge, Ouest de Priziac (56) via Gourin, où ils passent la nuit dans une ferme.
Le lendemain, 15 Février, ils rejoignent à pied Guéméné-sur-Scorff et prennent un bus pour Pontivy. Arrivés, ils sont abordés dans un café par un homme, Mr Pierre, qui leur montre un bouton de la RAF et leur dit que le F/O Thomas est déjà dans les mains d’une organisation recevant armes et munitions. Il les mène chez Guy Dubreuil de St-Méen où ils restent jusqu’au 8 Mars, se faisant passer pour des réfugiés de Lorient. Ils vont ensuite à Ploermel où le secrétaire de mairie leur fournit des cartes d’identité et des coupons pour habits et chaussures.
Ils sont rejoint par un américain, Clairborn Wilson (fiche 2104) récupéré par un fermier près de Josselin (56). Avec Dubreuil, ils se rendent en taxi à Plouegat (29) puis à pied à Morlaix et en train à St-Pol-de-Léon. Ils passent la nuit à l’Hotel des Voyageurs.
Suite à un message de la BBC, ils se rendent sur une plage au NE de Bougourouan mais le bateau n’étant pas au rendez-vous, ils retournent à St-Pol. Trois jours plus tard, n’ayant pas de nouvelles de la BBC, ils retournent à Pontivy par le train. Deux membres de l’organisation, le Chef de la Police et Henri Clément, les prennent en charge et les emmènent à l’Abbaye Notre-Dame de Timadeuc près de Bréhan (56) pour 3 jours.
Ils partent pour La Pie, près de Carhaix-Plougher, avec Georges Jouanjean (Joe et un américain, Robert Biggs (fiche 2103).
Le 19 Mars, ils prennent le train pour Morlaix puis pour Paris chez Mr Leveque mais la Gestapo s’y trouve. Le 20 ils reprennent le train en direction de la Bretagne. Carter est logé chez Raymond Cougard à Gourin pendant 2 semaines.
Le 5 Avril, Joe emmène Carter à Douarnenez (29) avec 2 français. Ils passent la nuit chez Claude Hernandez. Le 6 il est pris en charge par Louis Marec, le patron du bateau de pêche. Ils ont rendez-vous avec 14 autres français. Le prix du passage est de 4000 francs par personne et la part de Carter est payée par l’ Abbé Cariou de Plogonec.
Ils quittent le port de Tréboul le 7 à 08h45. Cinq hommes sont sur le pont en tenue de pêcheurs, les autres étant cachés dans la cale. Le patron signale au douanier allemand qu’il se rend à Douarnenez. Arrivé là, un autre douanier les interpelle mais Claude Hernandez fait diversion en disant qu’on lui a volé un drap dans sa voiture. Le patron en profite pour prendre la mer et le bateau arrive à Penzance UK le 9 Avril.

Résumé du rapport de perte K.20 (source: Archives Nationales de Kew UK):
Le Halifax est touché par la flak à plusieurs endroits quelques instants avant d’atteindre la cible. Il y a un grand trou dans le plexiglas du nez côté bâbord. La caméra type 35 et le système intercom du bombardier sont détruits et il a aussi un grand trou dans le fuselage au niveau de la tourelle supérieure.
Le bombardement est effectué et le pilote prend un nouveau cap pour larguer des fusées éclairantes et des marqueurs T.I.
Après largage, le mitrailleur arrière signale que le moteur externe bâbord est en feu. Après mise en drapeau de l’hélice et coupure de l’alimentaion en carburant, l’extincteur Graviner est mis en action sans résultat. Une plongée de 4000 pieds est sans effet et les flammes gagnent l’intérieur . Le pilote donne alors l’ordre d’évacuer en parachute.
Tous peuvent sauter et sont sauf, hormis le mitrailleur arrière retrouvé à côté de l’épave. Il est possible que son parachute se soit accroché à l’avion. Le pilote a eu quelques difficultés pour quitter l’avion, son parachute s’étant accroché sur le côté de la trappe d’évacuation. Le Mécanicien a dû sortir son parachute du sac à la main, l’extracteur ne fonctionnant pas. Il s’est foulé la cheville à l’atterrissage. Le mitrailleur, Sgt Barry, a atterri sur une colline et a perdu connaissance par le choc.

Photo de l'épave et témoignages sur www.landeleau.org
Page sur le parcours des évadés du W7885 sur www.conscript-heroes.com
Page sur l'équipage du W7885 sur 35squadron.wordpress.com
Etats de service du F/O Gordon H Carter sur sites.rootsweb.com

Droits d'auteur, pour le concept du programme, enregistrés, www.copyrightdepot.com sous le numéro 00051925 -
Explications des menus par passage du curseur sur les menus Young --bia-filer2.web.local-DODelFiles2-air-20-2336-0-144.pdf - ORB 27-380-4 /3 - AIR 14-1442-554_W7785 -. English translation by passage of the cursor (toolstips) - Fonds d'écran : www.malysvet.net