Crash Landing du Fairey Battle - Mk.I - s/n L5524 JN°?
Fiche France-Crashes 39-45 modifiée le 14-08-2021
Date Nation Département Unité - Mission
13-06-1940 Angleterre/Common. Eure 150 Sq Offensive allemande sur la basse Seine: soutien des forces au sol - Vernon (27)/Poix (80)
Localisation Cne d'Aigleville - 10 km SO de Vernon
Circonstances Abattu par chasseur
Messerschmitt Bf109 - Photo du site www.deviantart.com
Bf109
- Réservoir percé - L'avion s'écrase dans un champs
Commentaires Décollage 10h05 de Houssay (41) – Squadron appartenant à l’Advanced Air Striking Force (Force de frappe aérienne avancée)AASF – quitte la France le 15 juin pour Abingdon, Berkshire (UK) - Rapport www.rafcommands.com">AIR 81/892 (à noter que ce rapport indique le sérial L5437)
Sources ** J-L Maillet (sources: lostbombers / epibreren.com / CWGC / conscript-heroes.com) / Claude Dannau (source: aircrewremembered.com)
Historique 07/03/2015=Ajout liens rapports - 14/12/2016=Ajout lien - 31/08/2018=Ajout récits d'évasion - 08/10/2018=Ajout prénoms,lien - 14/08/2021=Ajout rapports
Grade Prenom Nom Poste Corps Etat Lieu d'Inhumation Commentaires
P/O Alfred Richard Gulley Pil RAF Décédé Cim d’Aigleville (27) 33385 – 21 ans – Fils de Alfred Clifford et Violet Katharine Langston Gulley, de Parkstone, Dorsetshire – CWGC indique le décès le 14 alors que le Sgt Phillips indique dans son rapport que le P/O Gulley à été "tué directement"
Sgt Harold Berry Obs RAF En fuite 514724 - Urmston, Manchester UK - Blessé et hospitalisé à Vernon (27) - Retour par Gibraltar avec le Mixed Medical Board à Marseille - Rapport WO 208/3303/296
LAC Donald Leslie Phillips Rad/M RAF Evadé 545177 - Erdington, Birmingham UK - Blessé, fait prisonnier et hospitalisé à Amiens (80) - S'évade le 28/07/1940 par Pyrénées/Espagne (prison Miranda)/Gibraltar (voir résumé) - Retour le 19/11/1940 par SS Aquilla - Rapport WO 208/3300/133
** Les sources sont citées chronologiquement en fonction des nouvelles informations reçues ou trouvées
Fiche tech Correspondance grades Abréviations utilisées Filières d'évasion Camps de Pow Bases RAF/USAAF Utilitaires
Compléments (rapports - helpers - récits - liens - photos)
Traduction du rapport du Sgt Harold Berry - ( My Squadron was stationed at PAOEN-LES-VALLES, 11 Kms S.W. of VENDOME. On 13 June 40, whilst flying a FAIREY BATTLE, I was shot down by M.E.109s and crashed 17 kms S.E. of ST-VALERY. Pilot Officer GURNEY R was killed and LAC PHILLIPS and I were badly burned on our face and hands. We managed to stagger to a chateau nearby, where the inmates dressed our burns. Meanwhile one of the GERMAN planes must have reported our crash and escape on its return to its base at EVREUX as, shortly afterwards, a patrol arrived and we were both taken off to a hospital in another chateau. Here we spent seven miserable days on straw in an outhouse without any attention, accompanied by several FRENCH P/W, of whom two died during this period. On the second day we were interrogated by a GERMAN Captain, who informed me that the GENERAL of that district had seen ourbattle and had put forward my name for a GERMAN decoration.
On 20 JUNE we were taken to the General Hospital at ROUEN which was run by the RAMC under GERMAN supervision. I remained here for three months, by which time I was convalescent and although my burns had not yet healed, I was determined to escape. I made arrangements with a FRENCH visiter to shelter with her, should I succeed in getting out and, on 13 SEP, climbed over the wall and met my helper, who then took me by car to a house in F. 16 kms N.E. of ROUEN. Here I remained in hiding for 3 1/2 months, in the course of which I met 3712646 Pte KIRKBRIDE, John, 5/K.O.R.R. (Now at Camp STE. HYPOLITE) and with him and guided by a young FRENCHWOMAN, set off on 1 JAN for the SOUTH. We left by train, got to PARIS, and, after a night there in a small hotel on the RIVE GAUCHE, continued by rail to DIJON and CHALONS-SUR-SAONE. From here we walked 3 kms SOUTH to CORTELIN where, on 24 JAN, we crossed the line. We then went on through MACON, LYONS and VICHY to MARSEILLES, where I stayed at the MISSION. On 21 MAR waspassed by the MIXED MEDICAL BOARD for repatriation and left MARSEILLES two monts later for MADRID and GIB with a party of 23 others of the same category. Lieut HEWITT, who was i/c at STE. HYPOLITE, had permission to accompany us to the frontier, but was then turned back.
Original
) - (source : National Archives de Kew – WO208/3303/296):
Mon Escadron était stationné à POUAN-LES-VALLES, 11 Kms S.W. de VENDOME. Le 13 juin 40, alors que je pilotais un FAIREY BATTLE, j'ai été abattu par des M.E.109 et je me suis écrasé à 17 kms S.E. de ST-VALERY. Le sous-lieutenant d'aviation GURNEY R (GULLEY) a été tué et LAC PHILLIPS et moi avons été gravement brûlés au visage et aux mains. Nous avons réussi à tituber jusqu'à un château voisin, où les détenus ont pansé nos brûlures. Pendant ce temps, l'un des avions allemands a dû signaler notre crash et s'échapper à son retour à sa base d'EVREUX car, peu de temps après, une patrouille est arrivée et nous avons tous les deux été emmenés dans un hôpital dans un autre château. Ici, nous avons passé sept jours misérables sur la paille dans une dépendance sans aucune attention, accompagnés de plusieurs P/W français, dont deux sont morts pendant cette période. Le deuxième jour, nous fûmes interrogés par un capitaine allemand, qui m'informa que le Général de ce district avait vu notre bataille et avait proposé mon nom pour une décoration allemande.
Le 20 juin, nous avons été emmenés à l'hôpital général de ROUEN qui était géré par le Royal Army Medical CorpsRAMC sous tutelle allemande. Je suis resté ici pendant trois mois, période pendant laquelle j'étais en convalescence et bien que mes brûlures ne soient pas encore guéries, j'étais déterminé à m'échapper. J'ai pris des dispositions avec une visiteuse FRANÇAISE pour m'abriter chez elle, si je réussissais à sortir et, le 13 septembre, j'ai escaladé le mur et j'ai rencontré mon aide, qui m'a ensuite emmené en voiture jusqu'à une maison à F.. 16 kms N.E. de ROUEN. Ici je suis resté caché pendant 3 mois 1/2, au cours desquels j'ai rencontré 3712646 Pte KIRKBRIDE, John, 5/K.O.R.R. (Maintenant au Camp STE. HYPOLITE) et avec lui et guidé par une jeune FRANÇAISE, partons le 1er Janvier pour le SUD. Nous sommes partis en train, sommes arrivés à PARIS, et, après une nuit dans un petit hôtel de la Rive Gauche, avons continué en train jusqu'à DIJON et CHALONS-SUR-SAONE. De là, nous avons marché 3 km au SUD jusqu'à CORTELIN où, le 24 JAN, nous avons franchi la ligne. Nous avons ensuite traversé MACON, LYON et VICHY jusqu'à MARSEILLE, où j'ai séjourné à la Mission. Le 21 MAR, je suis passé par le Mixed Medical Board pour rapatriement et quitté MARSEILLE deux mois plus tard pour MADRID et GIBraltar avec un groupe de 23 autres personnes de la même catégorie. Lieut HEWITT, qui était i/c à STE. HYPOLITE, a eu la permission de nous accompagner à la frontière, mais ensuite est reparti.

Traduction du rapport du LAC Donald L Phillips - (PRIOR TO CAPTURE
I was in a plane with P/O GULLEY and Sgt BERRY and we had just bombed a German convoy. We ran into some German fighters and were shot down in the neighbourhood of VERNON, our petrol tanks having been pierced. P/O GULLEY was killed outright.
CAPTURE
The plane crashed in a field and as we started to run across it Germans arrived with machine guns and captured us. Sgt BERRY was injured and was taken to the hospital at VERNON.
I was taken to the hospital at AMIENS where I remained for about three weeks. I was not searched at any time but on arrival at the hospital I was interrogated and asked about the strength of units, aerodromes, etc, but said I could give no information and the questioning was abandoned. Whilst at AMIENS, the R.A.F. bombed the aerodrome and blew up the ammunition dump which went on exploding all night and there were many casualties.
In the company of Lt MACINTOSH, H.L.I., Lt LE MIEUX, Tank Corps, and Lt BURROWS, R. Sussex, I was transported by lorry to a prison camp at DOULLENS where I remained fot about a month. The treatment at the hospital was good and the food adequate but the treatment at DOULLENS was not good. We had to work and spent most of the time transporting flour in sacks from goods trains to storage houses and two or three times we had to transport heavy bombs (mostly 500 kilo bombs). At this prison camp were the whole of the British Hospital staff from ROUEN, including the O.C. (51st Div).
ESCAPE
Pte WATTON, K.O.R.R. and I collected odd bits of rope from the woods etc, and hid them. At 8.30 p.m. on 28th July, having tied our pieces of rope together, we attached one end to a tree and slid down 60 ft wall. The rope broke half way so we had to drop the lest 30 ft into muddy ground. Owing to the height of this wall it was considered impossible to escape by way of it and so no German guards were near it.
WITTON was already in civilian clothing, having escaped previously from LILLE, and I had a civilian jacket which I had obtained from another English soldier who had been recaptured. Several of the prisoners in that camp were in civilian clothes as the Germans had nothing else to offer them. Prior to our escape we had obtained a small round compass (not luminous) from another prisoner who had attempted to escape and failed; also 20 frs. from another prisoner.
We hid our uniforms (worn over the civilian clothing) and walked passed the prison, watched through binoculars by a German guard who was standingon the top on the wall. We hid in a wood until it was dark. Our intention was to make for SPAIN. We had a small map of the whole of FRANCE on which was marked the line of demarcation and we went in a south easterly direction towards the nearest point on that line. On the advice of an inhabitant we obtained and carried pitch forks which we kept for the whole of our journey through FRANCE.
Original
) - (source : National Archives de Kew – WO208/3300/133 – Page 1):
AVANT LA CAPTURE
J'étais dans un avion avec le P/O GULLEY et le Sgt BERRY et nous venions de bombarder un convoi allemand. Nous avons croisé des chasseurs allemands et avons été abattus aux alentours de VERNON, nos réservoirs d'essence ayant été percés. P/O GULLEY a été tué sur le coup.
CAPTURE
L'avion s'est écrasé dans un champ et alors que nous commencions à le traverser, les Allemands sont arrivés avec des mitrailleuses et nous ont capturés. Le Sgt BERRY a été blessé et a été transporté à l'hôpital de VERNON.
J'ai été transporté à l'hôpital d'AMIENS où je suis resté environ trois semaines. Je n'ai été fouillé à aucun moment mais à mon arrivée à l'hôpital j'ai été interrogé sur la force des unités, des aérodromes, etc, mais j'ai dit que je ne pouvais donner aucune information et l'interrogatoire a été abandonné. A AMIENS, la R.A.F. a bombardé l'aérodrome et fait exploser le dépôt de munitions qui a explosé toute la nuit et il y a eu de nombreuses victimes.
En compagnie du Lt MACINTOSH, HLI, Lt LE MIEUX, Tank Corps, et Lt BURROWS, R. Sussex, j'ai été transporté par camion dans un camp de prisonniers à DOULLENS où je suis resté environ un mois. Le traitement à l'hôpital était bon et la nourriture adéquate mais le traitement à DOULLENS n'était pas bon. Nous avons dû travailler et avons passé la plupart du temps à transporter de la farine dans des sacs des trains de marchandises aux entrepôts et deux ou trois fois nous avons dû transporter des bombes lourdes (principalement des bombes de 500 kilos). Dans ce camp de prisonniers se trouvait l'ensemble du personnel de l'Hôpital Britannique de ROUEN, y compris l'O.C. (51e Div).
ÉVASION
Pte WATTON, K.O.R.R. et moi avons ramassé des morceaux de corde dans les bois, etc., et je les ai cachés. A 20h30 le 28 juillet, après avoir attaché nos morceaux de corde ensemble, nous avons attaché une extrémité à un arbre et avons glissé le long d'un mur de 60 pieds. La corde s'est cassée à mi-chemin, nous avons donc dû nous laisser tomber de moins de 30 pieds dans un sol boueux. En raison de la hauteur de ce mur, il était considéré comme impossible de s'en échapper et donc aucun garde allemand n'était à proximité.
WITTON était déjà en civil, s'étant échappé auparavant de LILLE, et j'avais une veste civile que j’avais obtenu d'un autre soldat anglais qui avait été repris. Plusieurs des prisonniers de ce camp étaient en civil car les Allemands n'avaient rien d'autre à leur offrir. Avant notre évasion, nous avions obtenu une petite boussole ronde (non lumineuse) d'un autre prisonnier qui avait tenté de s'échapper et avait échoué ; aussi 20 frs. d'un autre prisonnier.
Nous avons caché nos uniformes (portés par-dessus les vêtements civils) et sommes passés devant la prison, surveillée à travers des jumelles par un garde allemand qui se tenait en haut du mur. Nous nous sommes cachés dans un bois jusqu'à ce qu'il fasse nuit. Notre intention était de partir pour l'Espagne. Nous avions une petite carte de toute la France sur laquelle était tracée la ligne de démarcation et nous nous sommes dirigés vers le sud-est vers le point le plus proche de cette ligne. Sur les conseils d'un habitant nous avons obtenu et transporté des fourches que nous avons gardées pendant tout notre voyage à travers la France.
Traduction du rapport du LAC Donald L Phillips - (On the first night we walked about 8 kms. From then onwards we marched by day across country, avoiding all big town. We swam the River SOMME, all the bridges being well guarded; we crossed the River OISE by ferry being assisted by a Frenchman who paid our fareb, all the bridges being down. We crossed the River MARNE in a boat rowed by a German soldier.
Then we made for POUEN LES VALLEES, following the River AUBE, as I had been billetted in that village previously. Here we were able to contact the woman with whom I had been billetted and were given accommodation for two days. From there we made for CHALON, passing to the West of DIJON. Here we managed to evade one guard on the frontier and then got across in the middle of a herd of cows.
On the journey through Occupied France we slept in barns and the civilian population were very helpful and willing to supply us with food.
We continued our journey along the main CHALON/MACON road and, stopping a lorry, got a lift as far as SENNECEY where we reported to the Military Bureau. We were given railway ticket to LYONS where we went the following day. We were to the American Consulayr at LYONS but there was noone so we reported to the Military Authorities and were put in prison. After two days in the prison, having been refused permission to see the American Consul; we were sent by train to VALENCE, under escort. There we stayed for four days in French Military Barracks.
Fron there we were sent, under escort, to what appeared to be a concentration camp, called 'Camp des Etrangers", at LORIOL. There were civil and military guards at this camp whoxh contained roughly about 30 civilains, 22 of whom were German. We were in this camp for three weeks during which time a German Mission arrived and took away the 22 German prisoners; we hid whilst the German Mission were at the camp/
We were then sent, under the escort of French gendarmes, by train to GRENOBLE and put in barracks. We were there for about nine days and were made to work on a road and told that we were there for the duration. In this camp we were allowed out from 6 p.m. with a French soldier and we contacted a Frenchman with whom we arranged a rendez-vous. This man met us in his car on the GRENOBLE/LYONS road, with Capt STUART-MENTETH, and took us to LYONS. From there we took the train to PERPIGNAN.
Whilst at GRENOBLE I wrote to the American Consul at LYONS asking for money and he sent me 500 frs; Capt STUART-MENTETH has also obtained money from him.
From PERPIGNAN which we left at 1 a.m. we walked across country. Just before arriving at the frontier, we stopped at a farm where we spent the day. We reached the frontier at about midnight on the following day and were shot at. Capt STUART-MENTETH dashed into a vineyard and we did not see him again. WITTON and I dashed into a wood on the opposite side of the road and then made our way over the mountains.
We were wandering for two days in the mountains without food and eventually arrived at a Spanish farm where, on request, we were given food and shelter for the night. Soon after leaving this farm we were captured by the Spanish authorities who took us to a small village where we stayed the night. The next day we were taken to FIGUERAS, and put in the prison. We were in this prison for three weeks and were then moved to the Castillo prison in the same town, where we stayed for eight days.
Then we moved to a prison at CERVERA, where we remained for eight days and were then taken to MIRANDA DEL EBRO concentration camp - "Campo de Concentracion de Prisioneros de Miranda del Ebro - where we remained for about three weeks, after which time we were forward over by the Spanish authorities to the British Embassy at MADRID.
We spent a day and a night in MADRID, were sent by train to AKGESIRAS, with a party of about fifty, and from there by omnibus to GIBRALTAR.
Interviewed by MI9 on 6 December 1940.
Original
) - (source : National Archives de Kew – WO208/3300/133 – Page 2):
La première nuit, nous avons marché environ 8 km. À partir de ce moment-là, nous avons marché de jour à travers le pays, évitant toutes les grandes villes. Nous avons traversé la SOMME à la nage, tous les ponts étant bien gardés ; nous avons traversé l'OISE en bac avec l'aide d'un Français qui a payé notre billet, tous les ponts étant tombés. Nous avons traversé la MARNE dans une barque ramée par un soldat allemand.
Puis nous nous sommes dirigés vers POUAN LES VALLEES, en longeant l'AUBE, car j'avais été cantonné auparavant dans ce village. Ici, nous avons pu contacter la femme chez qui j'avais été hébergé et nous avons été hébergés pour deux jours. De là nous nous sommes dirigés vers CHALON, en passant à l'ouest de DIJON. Ici, nous avons réussi à échapper à un garde à la frontière, puis à traverser au milieu d'un troupeau de vaches.
Au cours du voyage à travers la France occupée, nous avons dormi dans des granges et la population civile était très serviable et disposée à nous fournir de la nourriture. .
Nous avons continué notre route le long de la route principale CHALON/MACON et, arrêtant un camion, qui nous a emmené rapidement jusqu'à SENNECEY où nous nous sommes présentés au Bureau Militaire. On nous a donné un billet de train pour Lyon où nous sommes allés le lendemain. Nous étions au consulat américain à Lyon mais il n'y avait personne alors nous nous sommes présentés aux autorités militaires et avons été mis en prison. Après deux jours en prison, s'étant vu refuser l'autorisation de voir le consul américain ; nous avons été envoyés par train à VALENCE, sous escorte. Là, nous sommes restés quatre jours dans les casernes militaires françaises.
De là, nous avons été envoyés, sous escorte, dans ce qui semblait être un camp de concentration, appelé "Camp des Etrangers", à LORIOL. Il y avait des gardes civils et militaires à cet endroit, camp qui contenait environ 30 civils, dont 22 allemands. Nous avons été dans ce camp pendant trois semaines pendant lesquelles une mission allemande est arrivée et a emmené les 22 prisonniers allemands ; nous nous sommes cachés pendant que la mission allemande était au camp.
Nous avons ensuite été envoyés, sous escorte de gendarmes français, en train à GRENOBLE et mis en caserne. Nous y sommes restés environ neuf jours et on nous a fait travailler sur une route et on nous a dit que nous étions là pour la durée. Dans ce camp nous avons été autorisés à sortir à partir de 18h avec un militaire français et nous avons contacté un français avec qui nous avons convenu d'un rendez-vous.Cet homme nous a rencontrés dans sa voiture sur la route GRENOBLE/LYON, avec le Capt STUART-MENTETH, et nous a emmenés à LYON De là nous avons pris le train pour PERPIGNAN.
Alors à GRENOBLE j'ai demandé de l'argent au consul américain à LYON et il m'a envoyé 500 frs ; Le Capt STUART-MENTETH a également obtenu de lui de l'argent.
De PERPIGNAN que nous avons quitté à 1h du matin nous avons traversé le pays à pied. Juste avant d'arriver à la frontière, nous nous sommes arrêtés dans une ferme où nous avons passé la journée. Nous arrivâmes à la frontière vers minuit le lendemain et nous nous faisions tirer dessus. Le Capt STUART-MENTETH s'est précipité dans un vignoble et nous ne l'avons plus revu. WITTON et moi nous sommes précipités dans un bois de l'autre côté de la route, puis avons traversé les montagnes.
Nous avons erré pendant deux jours dans les montagnes sans nourriture et sommes finalement arrivés dans une ferme espagnole où, sur demande, nous avons reçu de la nourriture et un abri pour la nuit. Peu de temps après avoir quitté cette ferme, nous avons été capturés par les autorités espagnoles qui nous ont emmenés dans un petit village où nous avons passé la nuit. Le lendemain, nous avons été conduits à FIGUERAS et mis en prison. Nous avons passé trois semaines dans cette prison et avons ensuite été transférés à la prison de Castillo dans la même ville, où nous sommes restés huit jours.
Ensuite, nous avons été transférés dans une prison de CERVERA, où nous sommes restés huit jours, puis avons été emmenés au camp de concentration de MIRANDA DEL EBRO - "Campo de Concentracion de Prisioneros de Miranda del Ebro" - où nous sommes restés environ trois semaines, après quoi nous avons été transférés par les autorités espagnoles à l'ambassade britannique à MADRID.
Nous avons passé un jour et une nuit à MADRID, avons été envoyés par train à ALGESIRAS, avec une cinquantaine de personnes, et de là par omnibus à GIBRALTAR.
Interrogé par le MI9 le 6 décembre 1940.

Photos plaque commémorative sur www.aerosteles.net (Lien transmis par Claude Dannau)
Photos épave du L5524 sur aircrewremembered.com (Lien transmis par Claude Dannau)

Tombe P/O Gulley
Tombe P/O Gulley (Alain Octavie)
Tombe P/O Gulley
Tombe P/O Gulley (Alain Octavie)


Droits d'auteur, pour le concept du programme, enregistrés, www.copyrightdepot.com sous le numéro 00051925 -
Explications des menus par passage du curseur sur les menus ORB 27-1008-20 /19 -. English translation by passage of the cursor (toolstips) - Fonds d'écran : www.malysvet.net